Le poste de traite de Tshishe-shatshu

Segment 1

Le soleil venait de se lever en ce matin frisquet de la fin aoĂ»t sur les bords du lac Atatshi-uinipeku. La première gelée était déjà arrivée, assez forte pour chasser quelque peu les mouches noires et ajouter une légère teinte dorée aux aiguilles de mélèze. Des parents et amis vinrent sur la plage pendant que l'on chargeait les canots. Certains SettlersLe mot Settler est l’un de ceux sous lesquels les gens d’origine mixte européenne et inuite se désignaient eux-mêmes. Aujourd’hui, la plupart des Settlers sont membres de la Labrador Inuit Association et se qualifient d’Inuits, ou sont membres de la Labrador Metis Nation et se qualifient de Métis.1, hommes et femmes, se tenaient là, et le gérant de la Compagnie de la Baie d'HudsonUn premier poste de traite fut ouvert à Sheshatshiu/North West River en 1743 par Jean Pilotte et son fils, qui étaient au service du commerçant français Louis Fornel. En 1837, la Compagnie de la Baie d’Hudson acheta ce poste à un marchand canadien-anglais. Ce poste est bien connu des historiens canadiens parce que c’est là que Donald A. Smith (devenu plus tard Lord Strathcona) fit ses véritables débuts comme homme d’affaires. Il devint célèbre en tant qu’administrateur de la Canadian Pacific Railway, et amena le « dernier crampon » reliant l’Atlantique et le Pacifique par chemin de fer.2 à Tshishe-shatshu serrait des mains et disait au revoir. «  Iame, iame – Au revoir, au revoir, à l'an prochain, mes amis Â», s'exclamait-il dans un innu-aimun dĂ©butant. Les hommes tiraient en l'air pour signaler leur départ.

Ce matin-là, il n'y avait presque pas de vent sur le lac Atatshi-uinipeku. Le grand lac à marées s'étendait comme un miroir devant eux. La poupe du canot de Shanut fendait l'eau avec aisance, et les vagues s'éloignaient à la surface du lac pendant qu'ils avançaient vers la rive opposée. Jusque-là, aucune fuite n'était apparue dans la coque fraĂ®chement gommĂ©e. Shanut avait confiance en la solidité de son embarcation, étant donné la longue expérience de grand-père Mishen dans la fabrication de canots. Elle savait que ce canot les protégerait contre les rapides et les vents violents jusqu'aux gelées de la fin de l'automne. « Un jour, mes fils feront des canots aussi solides que celui-ci Â», se disait-elle.

Mishen avait fabriqué deux ush (canots) cet été‑là, pendant le séjour de la famille au poste de traite. Il avait eu beaucoup d'aide, notamment de la grand-mère de Shanut et de certains de ses oncles. La prairie située en haut de la plage à Tshishe-shatshu ressemblait à une manufacture de canots car, cette année-là, un grand nombre de personnes s'adonnèrent à l'art ancien de la construction de canots.

Video [Basse vitesse]Video [Haute vitesse]

L'été était la saison de la fabrication des canots, et aussi celle de la mission, alors que des familles innues de plusieurs régions du territoire rencontraient le missionnaire, le père Edward O'BrienMonseigneur Edward Joseph O’Brien est né à Carbonear (Terre-Neuve) en 1884. Il a commencé à Ĺ“uvrer comme missionnaire chez les Innus du Labrador en 1921.3. Les jeunes amoureux étaient mariés, et les enfants nés dans l'arrière-pays pendant l'année étaient baptisés.




Notes de bas de page

1 Le mot Settler est l’un de ceux sous lesquels les gens d’origine mixte européenne et inuite se désignaient eux-mêmes. Aujourd’hui, la plupart des Settlers sont membres de la Labrador Inuit Association et se qualifient d’Inuits, ou sont membres de la Labrador Metis Nation et se qualifient de Métis.

2 Un premier poste de traite fut ouvert à Sheshatshiu/North West River en 1743 par Jean Pilotte et son fils, qui étaient au service du commerçant français Louis Fornel. En 1837, la Compagnie de la Baie d’Hudson acheta ce poste à un marchand canadien-anglais. Ce poste est bien connu des historiens canadiens parce que c’est là que Donald A. Smith (devenu plus tard Lord Strathcona) fit ses véritables débuts comme homme d’affaires. Il devint célèbre en tant qu’administrateur de la Canadian Pacific Railway, et amena le « dernier crampon » reliant l’Atlantique et le Pacifique par chemin de fer.

3 Monseigneur Edward Joseph O’Brien est né à Carbonear (Terre-Neuve) en 1884. Il a commencé à Ĺ“uvrer comme missionnaire chez les Innus du Labrador en 1921.

Suivant   Précédent  Haut de la page